MADAGASCAR LA BELLE ILE ROUGE MERVEILLEUSE

•Chapitre 4 : LE NORD

  

        

 

LE NORD

Nous partons en voiture depuis Tananarive vers le Nord par des paysages arides et vallonnés, parsemés de maisons en terre et de petites parcelles cultivées au fond des vallées.

Nous ne rencontrons presque personne, hormis quelques piétons, zébus et malgré la chaleur nous sommes contents de n’être pas allés à Diego Suarez en avion : plus rapide certes car nous prévoyons trois jours de trajet pour parcourir les 1200 Km mais certainement moins intéressant.

Pour ceux qui ont le temps, préférez cette formule ; la route refaite en 2006 est en parfait état, avec du bon goudron.

Nous dormons à Maevatana, dans un hôtel très sommaire et bruyant mais nous n’avons pas le choix dans cette région non touristique.

Il est donc préférable d’aller vers Mahajunga au parc Ankarafantsika et de le visiter le lendemain pour «  couper «  la route par un jour de marche.

Le matin tôt, nous repartons ; à partir du croisement de Mahajunga, un paysage de savane s’offre à nous, avec quelques villages, troupeaux de zébus et chaleur de plomb dès 8 heures.

Puis après ces paysages arides nous prenons une piste en terre rouge , 30 Km avant Port Berger, seule portion de route non goudronnée sur ce trajet de 1200 cm : manguiers, petites maisons aux toits de paille, herbe brûlée par le soleil .

100 Km avant AMBANJA, la végétation est plus importante avec d’énormes manguiers ; on découvre une île recouverte de verdure et de forets, un habitat rare, très dispersé, aux maisons de bois.

 

 

Nous couchons à Ambanja, visitons le lendemain matin les plantations de cacaoyers et de ylang ylang ;

Entre Ambanja et Ambilobe existe une grande diversité de cultures agricoles : canne à sucre, cacao, ylang ylang, poivre, girofle, noix de cajou, coton, vanille, cannelle, café et cette région de Madagascar fait figure de corne d’abondance.

 

 Dans l’Ankarana nous logeons chez Goulan, adresse à retenir pour le calme, l’ambiance sympa, l’excellente cuisine. Goulan a guidé pendant plusieurs semaines Nicolas Hulot quand il a fait son reportage sur Madagascar.

 Nous nous douchons au seau mais prenons conscience que notre bungalow en ravenalas a la taille d’une maison dans laquelle vivent 10 personnes au moins ; l’eau nous est livrée chaque jour dans la salle de bain alors que les villageois doivent aller la chercher parfois loin.

A 18 heures il fait nuit mais le groupe électrogène fournit l’électricité tandis que les autres sont dans le noir ; les plus chanceux ont une bougie que le grand vent de cette région éteint

 Le lendemain, Florin, élève de Goulan nous fait visiter l’Ankarana qui en malgache veut dire    «  rocher » ; c’est le domaine des tsingy qui abrite grottes et forets préservés. La faune est riche en lémuriens.

 

Les tsingy sont des formations karstiques offrant une vision stupéfiante d’aiguilles et de pics calcaires.

La flore est importante avec différentes espèces d’arbres, des baobabs .

 

Monde minéral et végétal hors du commun, foret tropicale sèche ou verte,  avec dans les grottes rencontre entre les vivants et les ancètres .

 

 

 

vidéo ankarana  et lac sacré  http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2842.php

 

Nous repartons de l’Ankarana pour nous diriger vers Diégo Suarez mais en route nous nous arrêtons au village d’Ambronokomifehi qui comptait 26 habitants il y a peu d’années et en abrite actuellement 30 000, avec la ruée vers l’or bleu, le saphir comme à Ilakaka dans le sud, sur la route nationale 7.

Ceci a mis en péril l’environnement écologique et est révélateur de l’extrême pauvreté de Madagascar.

Les habitations en ravenalas sont très rustiques et tout le monde nous propose des pierres précieuses. 

 

Puis arrêt au lac sacré situé 75 Km avant Diégo Suarez, sur la RN 6 : on vient là pour demander Amour, santé, fortune, descendance et on sacrifie le zébu.

Ce lac occupe le site d’un village maudit car les habitants avaient refusé de l’eau à un visiteur ; ce dernier a jeté un sort et les maisons ont été englouties au fond du lac ; les habitants se sont transformés en crocodiles.

Les crocodiles abritent donc les âmes des villageois disparus et lors des cérémonies ils sont appelés par les noms des ancêtres et arrivent.

 

 

 

Diego Suarez, la plus grande ville du Nord compte 100 000 habitants.

C’est une véritable mozaique humaine avec différentes communautés : comoriens, chinois, somaliens, pakistanais, indiens qui se mélangent avec plusieurs ethnies malgaches et de nombreux français.

Inondées de soleil, les rues du vieux centre sont bordées de maisons coloniales aux façades délavées par les pluies ; les plus belles façades sont situées rue Colbert : succession de maisons avec balcons et vérandas et balai incessant des 4 L qui sillonnent les rues.

 

Le marché dans le quartier populaire de Tanambao est haut en couleurs.

 

Depuis le quartier de l’université la vue est très belle sur la baie de Diego, la deuxième plus belle du monde après celle de Rio de Janeiro.  

  

 

vidéo Diego     http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2845.php

 

Les Tsingy Rouges sont situés à 47 Km de Diego ; après avoir roulé sur une piste rouge de 20 Km, nous arrivons aux Tsingy rouges qui offrent un paysage surnaturel extraordinaire : l’érosion, l’infiltration des eaux de pluies ont donné naissance à des draperies fragiles et éphémères ; la nature a envoyé des démons pour faire naître des merveilles d’un coup de baguette magique.

 

 

vidéo tsingy rouges   http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2844.php

 

 

La route de Diego à Ramena, situé à une vingtaine de kilomètres offre un magnifique panorama sur la baie de Diego avec succession de belles plages de sable fin face à la mer limpide aux couleurs extraordinaires.

En chemin se détache l’îlot «  du pain de sucre » et les étendues de mangroves.

 

 

A 20 Km de Diego, Ramena est une belle plage de sable blanc bordée de cocotiers plongeant dans la baie.

 

 

Ce village de pécheurs compte 2000 personnes avec des pirogues, barques, filets de pèche en réparation ; c’est vraiment le cliché carte postale dont on rêve tous un jour ; de plus Ramena est une plage de mer corallienne et la baignade est idéale : il n’y a ni requin, ni vague car la baie n’a qu’une ouverture très étroite sur la haute mer.

 

Le lendemain matin départ pour la mer d’Emeraude avec le bateau du capitaine Florent et son équipage : sa femme et ses sœurs qui prépareront le repas, ses frères qui pècheront.

Très belles couleurs de l’eau dès le départ puis nous accostons et escaladons une petite falaise. D’en haut le point de vue est magnifique avec la mer d’Emeraude d’un turquoise extraordinaire.

Cet immense lagon vert émeraude est situé juste après la petite passe ; il est peu profond, est un véritable aquarium avec poissons de toutes tailles et de toutes les couleurs, des raies, langoustes.

Des petites îles vierges et désertes aux plages de sable fin et blanc nous accueillent pour quelques heures de farniente et de baignade.

Nous prenons conscience que nous sommes des privilégiés de pouvoir accoster sur ces sites paradisiaques et jouer pour un jour les Robinson Cruzoe pendant que les pécheurs sont partis à la pèche et ramènent notre repas : une langouste de 5 kg, 7 ou 8 poissons.

 

Les femmes préparent le repas pendant que les poissons sont nettoyés et vite mis à cuire.

Repas digne d’un grand chef en toute simplicité face à cette plage déserte et paradisiaque où nous aurions aimé pouvoir passer 3 ou 4 jours ; cela aurait été possible car Florent organise des bivouacs.

 Le soir repas chez Florent dans une bonne ambiance et avec beaucoup de gentillesse et de bonne humeur ; nous avons eu raison ed faire confiance à cette équipe sympathique.

 Le lendemain matin, départ à pied pour une balade de 4 heures aux trois baies.

Nous arrivons à la baie des Dunes, la plus vaste puis à la baie des Pigeons nommée ainsi car avant, la foret dense abritait pigeons et tourterelles.

Filaos, criques merveilleuses, silence sauvage et au loin, la mer d’Emeraude. 

  

 

 

Enfin nous arrivons à la baie des Sakalavas, lieu de prédilection des planchistes .De là nous prenons un taxi pour nous ramener à Ramena mais nous arrêtons en chemin pour admirer un magnifique baobab centenaire.

 

vidéo Ramena    http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2846.php

Après un repas à Ramena, départ vers Ankify pour rejoindre Nosy be ; nous nous arrêtons dormir chez Goulan, dans l’Ankarana.

 Le lendemain matin nous reprenons la route vers Ankify où nous arrivons en début d’après midi. Le lendemain matin, un bateau collectif nous conduit à Nosy be

  

Nosy Be située à une quinzaine de Km de la cote de Madagascar est une île volcanique couverte de montagnes où d’anciens cratères forment des lacs naturels.

Surnommée l’île aux parfums en raison de ses cultures de ylang ylang, café, vanille, poivre et autres épices qui dégagent des senteurs extraordinaires.

Mais l’île est devenue touristique et de nombreux hôtels occupent les plus belles plages.

 Hell Ville est le chef lieu de l’île ; la promenade après le port permet de voir quelques beaux bâtiments de style colonial rongés par l’humidité, les cyclones et le temps.

 Puis départ pour la belle plage d’Andilana et repas chez Loulou.

 

 

Plus loin, un hôtel italien style club med héberge des italiens qui restent sur leurs chaises longues ou jouent au volet en écoutant de la musique italienne à tue tète : il ne faut ni se dépayser, ni se mélanger à la population locale qui pourrait peut être déteindre.

Seuls les vieux messieurs osent côtoyer de très jeunes et belles malgaches pour quelques euros par jour. Quelle désolation, signe supplémentaire d’un pays pauvre.!!!!!!

 Puis nous partons vers le Mont Passot pour assister au coucher du soleil.

 

Au pied du mont Passot un chapelet de lacs miroitent ; ces lacs sont sacrés car ils abritent les esprits des anciens souverains sakalavas et antankarana ; il est fady de s’y baigner, de pécher, fumer, porter chapeau ou pantalon 

 

Le lendemain matin, visite du banian sacré, arbre de 200 ans qui occupe 4000 m2 ; il est l’objet du culte des Ancêtres : on fait un vœu sous ses branches et on laisse une offrande : tète de zébu, tissus, argent, bouteille de rhum. 

Moi aussi j’ai fait un vœu mais il n’a pas été exaucé et a au contraire été transformé en grand malheur quelques jours plus tard.

 En dehors des plages – soit disant de rêve- que les touristes ne quittent pas, l’arrière pays connaît une activité rurale importante avec la culture de l’ylang ylang.

La canne à sucre n’est plus cultivée depuis 2004 et les parcelles de terrains sont vides.

 Nous visitons la distillerie d’ylang ylang après avoir traversé les plantations aux formes torturées dues aux tailles successives destinées à faciliter la cueillette des fleurs jaunes aux odeurs entétentes .

Chaque jour une tonne de fleurs jaunes pales en forme d’étoile sont transformées pour produire l’huile essentielle tant prisée en parfumerie pour sa fragance d’une puissante suavité alors qu’elle est injustement appelée le « jasmin du pauvre » 

 

Puis départ pour la réserve Lokobe en pirogue, foret originelle primaire qui renferme vanille et nombreuses plantes médicinales, lémuriens, reptiles 

 

vidéo Nosy Be  http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2848.php

Nosy Be ne nous  a pas convaincu d’être une île paradisiaque et deux jours nous suffisent .

 

Nous partons vers Nosy Komba   que nous espérons plus calme, moins touristique.

Dès que nous arrivons, nous voyons que nous ne nous sommes pas trompés et que ça va être le paradis ici, dans ce calme, au milieu de ces enfants, de ces habitants si gentils, ne sollicitant rien.

Les plages sont belles, bordées de palmiers, flamboyants et les nappes brodées volent au vent, installées chaque matin dès 5 heures alors qu’au sol, napperons, chemises, pantalons sont posés et quelques colliers fabriqués en graines pendent sur des bois.

 

Les brodeuses de Nosy Komba travaillent toute la journée, s’arrêtant seulement pour vendre une nappe ou autre objet.

Au milieu de cette ambiance paisible et souriante nous sommes persuadés que nous allons vivre 4 jours de rêve sur une île paradisiaque.

 

Mais après deux belles journées passées  à visiter l’île de Tanikeley, véritable aquarium et la montagne avec Madame Yvonne, nous vivrons un effroyable cauchemar personnel qui n’a rien à voir avec l’île et ses habitants. Cet évènement douloureux nous obligera à rester dans cette merveilleuse île où malgré la gentillesse de ses habitants notre cœur sera rempli de tristesse et mes yeux de larmes.

 Nosy Tanikely   est une réserve naturelle exceptionnelle ; on peut admirer dans une eau extrêmement claire des coraux, étoiles de mer, poissons de toutes les formes et de toutes les couleurs, tortues de mer.

 Nous avons effectué cette balade avec Joël, le capitaine du bateau MOUMOU, excellent pécheur, d’une gentillesse inouïe et très ponctuel. 

Joel, le capitaine du bateau Moumou

Nosy Komba possède des plages magnifiques mais il faut aussi se balader dans la montagne, aller jusqu’au point culminant de l’île, à 622 mètres.

Partir avec Madame Yvonne, véritable encyclopédie de plantes médicinales est un enchantement : rencontre avec une flore riche : ylang ylang, poivre, canne à sucre, girofle cannelle, citronnelle. 

Merveilleuse journée offrant des points de vue sur l’île et les îles environnantes.

 

 

La visite de la réserve aux lémuriens est sympathique et permet d’approcher de très près les macaos dont la femelle est marron et le male noir .

 

 

 

 

 

  Nosy Komba est une ile dans laquelle il faut rester plusieurs jours pour l’apprécier ; nous avons vu beaucoup de touristes y venir depuis Nosy Be pour une heure ou deux , acheter en vitesse quelques nappes et distribuer des bonbons aux enfants qui ne demandent rien .

 

vidéo Nosy Komba  http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_2852.php

 

         Ont-ils conscience qu’avec cette pratique ils vont engendrer des besoins des demandes et que bientôt en accostant les touristes n’entendront plus «  bonjour Vazaha » mais «  vahaza, bonbons, cadeaux, argent , donne vazaha » comme au Maroc ou au Sénegal dans les régions très touristiques.

 Regarder les enfants à l’école me remplit de joie : bien en rang avant de rentrer, studieux pendant la classe, récitant les règles de grammaire ou les tables de multiplication, écoutant attentivement la maitresse . calmes pendant les récréations, jouant à la marelle ou au ballon .

 250 élèves qui ne font pas de bruit, ne crient pas, ne pleurent pas, ne font pas de caprices,sont libres de se promener dans le village, à la plage, viennent passer la journée avec nous sans que personne s’inquiète chez eux de leur absence, et ne demandent rien .

 Là nous avons passé de belles journées avec HERMAN, le petit fils d’Yvonne qui sera peut etre guide un jour et vous accompagnera à la montagne pour vous faire découvrir les plantes médicinales .

 

Je porte souvent le collier qu’il m’a offert, confectionné avec des graines récupérées sur le chemin de la montagne .

 

     Notre séjour qui devait durer 3 jours a été prolongé suite à un évènement douloureux et imprévu qui a gaché la fin de notre séjour à Madagascar mais malgrè  la tristesse nous avons été heureux de pouvoir nous poser  dans un coin aussi paisible où tout est calme, douceur, sourire, gentillesse.   

 

 

 

Commentaires (0) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 22:35, le 26/12/2007, Fianarantsoa
Mots clefs : nosy kombanosy bechez goulamankaranatsingy rougesdiego suarezindri indribaobabile continentvoyage à madagascarfaune endémiquelémuriensile rougemadagascarorphelinatdispensairemadatouringmaraoagenceCircuitvoiturevoyage

Qui suis-je ?

Notre voyage à Madagascar raconté dans Madagascar la belle continue avec Sainte Marie et l'ile aux nattes , Mananjary et la cérémonie de la Sambatra 2007 , Fianarantsoa,les alentours et l'inauguration d'un dispensaire et enfin le NORD : Diego Suarez avec sa belle mer d'Emeraude, les tsingy rouges , l'ankarana , Nosy Be et sa voisine Nosy Komba encore préservée du tourisme de masse et du tourisme sexuel . Venez continuer le voyage avec nous

«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Mon blog 2006 : la RN7 , l'est
Madaland
Vacancéo
Voyages et Partages
presse : MADAPLUS
Voyager au Pérou avec Pérou Découverte
Association FANEVANOO
Voyage sur mesure en CHINE
Magnifiques photos de Madagascar
Mon blog sur Djerba et son guide local Moez
Safari en Tanzanie
Prestige voyages : créateur de voyages d'exception
KINTANA AVENTURE

La carte des lieux visités





Rubriques

Agence Marao Madatouring
Introduction au voyage
Notre périple en 40 jours
Un dispensaire

:

Mes amis

langevine974
jambodany
yvesamada
ericrando
daniel
lan
saintemarie
<%letter%>
Page 1 sur 1
Page précédente | Page suivante